RME, Les comptes ne sont pas bons, Monsieur Mathieu !

Ainsi que je l’annonçais dans le précédent article, j’avais demandé communication de l’étude sur “l’Incidence de la fabrication de neige de culture sur la production hydroélectrique du barrage de la Lande”. J’ai donc reçu le 13 septembre un tableau censé justifier la conclusion de la direction, selon laquelle la production de neige artificielle est bénéficiaire pour la Régie d’électricité de La Bresse.

Ce tableau fait apparaître pour la saison 2016-2017 une marge brute de 65 030 € qui vient opportunément justifier un excédent de 30 504 € pour la Régie. Malheureusement le calcul de cette marge brute miraculeuse reste un des secrets les mieux gardés du moment.

J’ai demandé par mail à la direction de la Régie qu’elle apporte des explications sur la manière dont elle obtient ce montant de 65 130€ de marge brute. On m’a opposé le secret commercial pour toute réponse !!!

Qu’à cela ne tienne, puisqu’on persiste à vouloir nous cacher le prix de vente de l’électricité à Labellemontagne je suis allé vérifier dans les comptes d’exploitation de cette société. Ils constituent une source intéressante d’informations qui réserve elle aussi, on le constatera plus bas, bien des surprises pour peu que l’on prenne le temps de les lire (ce que les élus de l’opposition seraient bien inspirés de faire, mais c’est une autre histoire !). Et pour ceux qui ne manqueront pas de rétorquer qu’il s’agit d’une entreprise privée, je leur ferai aimablement remarquer qu’elle bénéficie d’une délégation de service public concédée par la commune et qu’à ce titre, elle doit rendre des comptes chaque année à celle-ci.

En réalité, le prix véritable de l’électricité et de son transport qui revient à la Régie, est noyé dans un ensemble plus grand payé par le consommateur, et qui se décompose en trois parties selon les proportions suivantes :

Le prix réel du KW/h (≈39 % du total) + le prix du transport (TURPE ≈27 % du total) + le montant des diverses taxes et contributions (≈34 % du total) que la Régie prélève mais reverse à qui de droit. Ces taxes sont au nombre de quatre :

  • CSPE : la Contribution au Service Public de l’Électricité ;
  • TCFE : les Taxes sur la Consommation Finale d’Électricité, prélevées par les communes et les départements ; A La Bresse la commune ne prélève pas cette taxe
  • CTA : la Contribution Tarifaire d’Acheminement ;
  • TVA : la taxe sur la valeur ajoutée

Pour Labellemontagne le prix moyen du KW/h payé en 2016/2017 est de 0,111€ hors TVA1.

Pour connaître le montant véritablement encaissé par la Régie, il faut donc retrancher la CSPE, la CTA et la TCFE départementale, les 276 000€ d’électricité consommés par l’usine à neige et réglés à la Régie ne représentent en réalité pour cette dernière, qu’environ 215 000€ de recettes brutes, soit 61 000€ de moins, ce qui équivaut à peu de chose près au montant de la fameuse marge brute.

En l’absence persistante de réponse de la Régie, il y a fort à parier que les calculs de marge brute ne tiennent pas compte de ces  “détails”, et aient intégré les flux des taxes que la Régie perçoit pour les reverser. Nos comptables comptent sans doute sur la complexité apparente du système pour bonifier leur gestion et nous faire prendre nos vessies pour des lanternes ! D’ailleurs, la dernière livraison du bulletin municipal qui consacre son dossier mensuel justement à la Régie, (vous avez dit bizarre), nous promet d’éclairer nos lanternes sur son fonctionnement, les tarifs, le marché de l’électricité, les flux financiers et tutti quanti… et réussit l’exploit de rendre tout cela parfaitement incompréhensible au commun des mortels.

Examinons de près les autres chiffres du tableau, et en particulier ceux qui devraient y figurer et qui brillent par leur absence. Je veux parler de l’énergie non produite par les turbines de la cote 750 et de la Vertbruche qui turbinent une seconde, puis une troisième fois l’eau de la Lande.

L’énergie produite par heure par ces appareils est respectivement de 625 et 100 KW. Prendre en compte cette réalité a pour conséquence d’augmenter encore le manque à gagner pour la Régie. Alors le mieux pour la direction de la Régie est de les oublier, et c’est ce qu’ils font en parfaite connaissance de cause.

Enfin il semblerait que le compteur électrique de l’usine enregistre en plus de sa consommation, celle des remontes-pentes situés à proximité.

On le voit tous ces éléments mis bout à bout concourent à modérer fortement les annonces et les résultats que l’on veut bien nous servir. Ils conduisent en réalité à une conclusion totalement opposée à celle de la direction de la Régie. Et c’est ainsi que la marge brute de Monsieur Mathieu connaît le même sort que nos glaciers et les banquises des pôles sous l’effet du réchauffement climatique, elle fond comme neige au soleil au point de se transformer sans doute en déficit net, dont seul un calcul sincère pourrait établir le montant.

Les choses s’éclaircissent et l’on comprend mieux maintenant comment ces gestionnaires de très haut vol ont procédé pour que la Régie, malgré ces performances hors du commun, se retrouve avec un déficit lui aussi hors du commun !

Nous sommes parvenus, avec difficulté, à obtenir des informations qui normalement devraient être accessibles à toute personne qui les demande, mais un grand nombre d’autres restent cachées. Ceux qui gèrent n’ont sans doute pas compris ou accepter qu’ils doivent rendre des comptes, qu’il s’agit d’un bien commun et que chacune des décisions qui le concerne doit pouvoir être présentée, documentée et justifiée. La politique du secret mène toujours à la catastrophe, car elle vise à masquer l’inavouable et souvent la défense d’intérêts particuliers ou partisans.

D’autres facteurs sont à prendre en compte qui ne figurent pas plus sur ce tableau que dans la démonstration, notamment le mode de gestion de l’eau du barrage qui privilégie en hiver les besoins en neige de la station. Pour cela on suspend le turbinage pour disposer de suffisamment d’eau pour un éventuel besoin de fabrication de neige. L’eau restant dans le barrage occupe la place et les précipitations nouvelles ne peuvent y être stockées, et sont par conséquent perdues pour la Régie.

Décidément, Mesdames et Messieurs2 les administrateurs de la Régie municipale d’électricité, on vous mène en bateau ! Que penser de cette assemblée où, dans la droite ligne de ce qui se passe au Conseil municipal, on ne s’inquiète de rien ou de pas grand-chose et où on vote toutes les délibérations comme un seul homme ? Les documents importants, comptables notamment, comme le tableau dont il est question ici, sont présentés aux administrateurs sous forme de projection vidéo au moment où le point est traité en conseil de Régie. Ils n’en disposent pas avant, afin de les étudier, comme cela devrait être le cas. On fait défiler sur un écran, devant eux, des tableaux de chiffres. Autant dire qu’ils sont considérés comme quantité négligeable, ces soi-disant administrateurs ne sont que de pâles figurants.

Nous sommes en présence d’une entreprise d’occultation systématique des informations, qui confine à la manipulation. Les administrateurs et les citoyens sont tenus dans l’ignorance de la réalité et sont trompés par des informations fantaisistes ou incomplètes.
A vouloir tout cacher et décider seul, on conduit la Régie à la catastrophe.

Puisque Monsieur Mathieu persiste à nier l’évidence et « réfute totalement ce qui peut être écrit » évoquant « des allégations de favoritisme »3 je lui propose une petite balade dans les comptes de Labellemontagne. (Comptes disponibles en téléchargement sur le site de la Mairie dans la rubrique Rapports).

La ligne énergie du compte de charges dont 80 % concerne l’achat d’électricité4 connaît une remarquable diminution depuis 3 ans. Dans le même temps de nouveaux canons à neige ont été installés, l’usine à neige a doublé sa puissance électrique, les prix du fioul et du KW/h ont augmenté, et le chiffre d’affaires, c’est-à-dire l’activité de la station, a lui aussi connu une hausse significative ! Entre les saisons 2012-2013 et 2017-2018, au niveau d’activité comparable, le coût de l’énergie a baissé de 160 000€, soit – 22 %, et la tendance à la baisse se confirme depuis trois ans, comme le montre le tableau ci-dessous, extrait du rapport des délégations de services publics du 24 juin 2019, disponible sur le site de la commune.

Extraits des comptes d’exploitation de Labellemontagne

C’est un véritable miracle, qui ne peut trouver d’autres explications que dans une baisse très substantielle du prix de l’électricité vendue par la Régie !!!!! Monsieur Mathieu vous réfutez, je persiste, et chacun pourra en connaissance de cause se faire une opinion.

A ce jour, aucune réponse sérieuse n’a été apportée par la direction de la Régie à mon article “RME de La Bresse : 5 années de gestion J. Mathieu et 3 millions en moins pour la commune“. Jérôme Mathieu botte en touche et parle d’attaques personnelles à son encontre, car dit-il, son nom est cité plusieurs fois !!! (Conseil Municipal du 24/06/2019). Monsieur Mathieu use et abuse toujours des deux mêmes réponses aux questions gênantes, soit “c’est de la diffamation“, mais on se demande encore pourquoi il ne porte pas plainte, soit “je ne veux pas polémiquer” car pour lui tout ce qui le contredit est polémique ! Armé de ce viatique il compte sans doute ignorer les désastres actuels et à venir dont il portera la responsabilité. Monsieur Mathieu truste tous les postes de responsabilité qui lui passent à proximité, (voir ici) mais il voudrait que l’on ne parle pas de lui, à moins sans doute que ce ne soit pour le complimenter. Il tente aussi (Conseil Municipal du 24/06/2019) de se défausser sur le conseil de Régie dont il fait en réalité peu de cas. Il nous dit aussi qu’une “réponse sera faite en temps et en heure“. Apparemment il n’est pas trop pressé, cela va faire bientôt quatre mois que l’article est publié, les informations et analyses que l’on y trouve sont sourcées, précises et argumentées, elles mettent gravement en cause sa gestion, et depuis quatre mois, le silence !!! Quel aveu ! Peut-être considère-t-il que les Bressauds sont trop bêtes pour comprendre et n’ont de toute façon pas besoin de savoir de quoi il retourne, ou peut-être aussi n’a-t-il rien à répondre car tout ce qui est écrit est tristement vrai.

Comme le chantait Jacques BREL, “je persiste et je signe” Dominique Humbert alias Gracchus

Le 02 octobre 2019

Tous les articles concernant la Régie Municipale d’Electricité de La Bresse sont ICI

Extrait de la « table de calcul du coût de production de la neige de culture » page 230 du rapport DSP Labellemontagne du 01 06 2018

2  Sur 11 administrateurs de plein droit, 2 femmes. L’une d’entre elles représente le personnel qui bénéficie de deux postes au conseil de Régie. Sur les 9 administrateurs nommés par le conseil municipal 1 seule femme !! La parité cesserait-elle d’exister quand il s’agit de choses sérieuses ?

3  Compte-rendu du Conseil Municipal du 24 06 2019

4  Les 20 % restants concernent les carburants et lubrifiants. page 8 du rapport DSP Labellemontagne du 01 juin 2018

This entry was posted in Démocratie, Enquête, La Bresse, Régie Municipale d'électricité. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire