Fibers, un comité vérité et justice.

Photo Brigitte Boulay www.actu88.fr/

La Médelle Photo Brigitte Boulay www.actu88.fr/

Un comité vérite et justice vient de se créer avec pour objectif de faire toute la lumière sur l’affaire Fibers qui agite la vallée de la Moselotte depuis 2 ans.

Une conférence de presse s’est tenue le 22 mars pour annoncer cette création. A cette occasion 9 questions ont été adressées aux politiques locaux et à la justice.

La réponse apportée par la Communauté de communes de la Haute Moselotte peut se résumer en deux phrases : motus et bouche cousue, et votre action citoyenne met en danger les négociations secrètes avec les investisseurs potentiels !

Nous publions ci-dessous la réponse du comité vérité et justice à ce flagrant déni de démocratie.

Vérité et Justice dans l’affaire Fibers

(Association en voie de constitution)

Communiqué de presse

« en toute discrétion et précautions » 

Dans un communiqué publié le 24 mars, la Communauté de communes de la Haute Moselotte, sous la signature de son Président Monsieur Dousteyssier, réagit à la conférence de presse tenue le 22 mars par le Comité vérité et justice dans l’affaire Fibers.

Ce comité, constitué de citoyens soucieux de faire éclater la vérité dans une affaire qui continue de troubler les esprits dans la vallée de la Moselotte, pose des questions auxquelles il entend que répondent les élus ; notamment sur l’utilisation de l’argent public qui est venu nourrir abondamment cette catastrophe humaine, sociale, industrielle qui n’en finit plus de connaître, presque chaque semaine, de nouveaux rebondissements.

Le contenu du communiqué publié par la Com com ne laisse pas d’étonner et pose de très graves interrogations.

En effet, et pour en résumer la teneur, on apprend que les responsables du futur échec des négociations secrètes menées « en toute discrétion et précautions » par Monsieur Dousteyssier avec un groupe industriel, sans doute étranger (la chaîne de montage vient d’être achetée aux enchères par un groupe tunisien) sont d’ores et déjà désignés.

Ce serait ceux-là mêmes, c’est à dire, nous les citoyens du Comité vérité et justice, qui osons poser quelques questions sur cette affaire ! Affaire dans laquelle ces élus se sont illustrés par leur persévérance dans le gâchis de l’argent public, le déni de réalité, l’opacité de leurs décisions et le non respect du code des communes pour certaines d’entre-elles !

Une affaire que d’aucuns qualifient à juste titre de catastrophe humaine, sociale, industrielle et financière.

Ne faut-il pas beaucoup d’outrecuidance, pour tenter de masquer derrière un rideau de fumée, les responsabilités que l’on refuse d’assumer ?

Il faut aussi beaucoup d’aplomb pour désigner comme coupables, ceux-là mêmes qui demandent des comptes, en toute bonne foi et légitimité.

La ficelle est trop grosse et il est à parier qu’elle ne trompera personne.

Malgré ces fameuses “précautions” dont le Président de la Com com parle trois fois dans le même communiqué, cette collectivité publique :

  • aura acheté la Médelle 50 % plus cher que l’estimation des domaines, – estimation que nous avons mise au jour – sans en avoir informé les citoyens, ni avoir justifié ce dépassement « en toute discrétion et précautions »,
  • n’aura pas perçu les loyers dûs par M. Charbonnier « en toute discrétion et précautions »,
  • aura cru que des Chinois allaient relancer la production à la Médelle avec 10 001 euros « en toute discrétion et précautions »
  • aura essayé de traiter avec un nouvel industriel dont elle craint de citer le nom « en toute discrétion et précautions », à des conditions toujours opaques et que nous découvrirons plus tard « en toute discrétion et précautions ».

La Com com et son Président parlent de “collaboration étroite” avec les industriels. On les croit bien volontiers. Mais nous constatons dans quelle impasse cette collaboration étroite a mené avec Fibers et M Charbonnier, avec les Chinois, avec M. Cherchir. Dans quelle aventure les élus ont-ils encore la volonté d’emmener les contribuables locaux « en toute discrétion et précautions » ?

Si l’on en croit M. Dousteyssier « en toute discrétion et précautions », il aura suffi qu’un communiqué du Comité vérité et justice paraisse le mardi soir pour que le mercredi matin, un conseil d’administration se réunisse (à l’étranger peut-être même) et l’informe que cela manquait de « discrétion et précautions ». On rêve !

Ne pas divulguer avec qui on négocie, n’est pas de bon augure. Une fois de plus les élus de la Com com se trouveront devant un dossier dont ils ne connaîtront ni les tenants ni les aboutissants et qu’il leur faudra voter à l’unanimité !!! La coupe semble à présent bien pleine.

Les citoyens de la vallée devraient également être informés des nombreuses ardoises laissées par M. Charbonnier et Fibers auprès d’entreprises locales et qui mettent en péril l’emploi, « même discrètement et avec précaution ». Ardoises connues, 500 000€ ici, 300 00€ là dont on entend parler, et celles inconnues dont une partie va retomber sur la commune. Ainsi qui va payer l’eau ? La dépense en eau était tellement importante que la mairie de Saulxures avait coupé l’eau de la commune pensant qu’il y avait une fuite avant qu’elle ne se rende compte que cela venait de la Médelle !!

Le Président de la Com com serait pareillement bien inspiré d’informer les contribuables de la Com com et de la commune de Ventron dont il est le Maire, des sommes d’argent public vertigineuses qui ont été dilapidées « en toute discrétion et précautions »par lui même et ses collègues et qui se sont perdues dans le puits sans fond de l’inconséquence, sans créer le moindre emploi.

Nous publierons très prochainement le désastreux bilan des interventions en matière économique de la Com com, qui a engagé depuis plusieurs années plus de 5 millions d’euros d’argent public en pure perte ! Et qui, nous venons de l’apprendre, persiste et signe en votant lors de la dernière séance du conseil communautaire 460 000€ pour la zone de Lansauchamps, quasi vide depuis 2 ans et 160 000€ pour la Médelle !

En conclusion, que penser de cette opération de diversion, serait-ce le moyen utilisé pour éviter de répondre aux questions que nous vous avons posées lors de notre conférence de presse ? Et qui quoi que vous en disiez intéressent les citoyens de cette vallée, car ne l’oublions pas, il s’agit d’argent public, et nous aimerions que l’on nous explique pourquoi le secret devrait être gardé sur ces opérations ?

Enfin, dernière interrogation, en quoi les questions légitimes posées par un comité de citoyens au sujet de l’utilisation de l’argent public, empêcheraient un projet industriel de se réaliser ?

Votre esquive ne peut à l’opposé que faire grandir l’inquiétude et la suspicion sur vos actions.

La réalité c’est que tout cet argent gaspillé au lieu de créer de l’activité, a au contraire participé à la destruction de nombreux emplois, directement et indirectement.

  • Directement en soutenant et subventionnant massivement et à très haut niveau, des activités et des projets dont la durée de vie n’a pas dépassé un an et qui souvent à la suite de leur liquidation judiciaire ont laissé de grosses ardoises chez des entreprises locales, les mettant ainsi en grand danger.
  • Directement en créant une distorsion de concurrence avec des activités du même type, ce que certains dirigeants indélicats n’ont pas manqué d’exploiter allant même jusqu’à délocaliser des productions dans des pays où la main d’œuvre est très bon marché, grâce à ces aides.
  • Indirectement en captant énormément d’argent public qui aurait pu être utilisé utilement pour l’aide à la création d’activités, de projets innovants et créatifs socialement utiles, créateurs d’emploi, et respectueux de l’environnement.

Le 31 mars 2016

Contact : verite.justice.fibers@gmail.com

06 95 38 24 69

This entry was posted in Dossier Fibers, Economie, Vosges. Bookmark the permalink.

Comments are closed.