Violence contre violence

Il me semble plus que nécessaire au vu de la situation actuelle de remettre les pendules à l’heure, ces vieilles pendules déréglées quand on écoute nos gouvernants et leurs indéfectibles alliés que sont les media. Violence contre violence ? Qui et où sont les vrais coupables ? Petit rappel à la littérature pour nous éclairer …

Le romancier américain Jack London, dans son livre Le talon de fer, paru en 1908, nous révèle ce que finalement nous savons et expérimentons depuis la nuit des temps, à savoir que la violence n’est jamais le fait du peuple mais toujours celui de ceux qui l’oppriment et veulent continuer à l’asservir.

                                                                                      Léa Pétremand

In Le monde diplomatique janvier 2019

This entry was posted in Billet. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire