Coïtus interruptus, bis repetita placent !

Maryvone Crouvezier. Nouvelle Maire de La Bresse

Après quelque péripéties, une nouvelle maire de La Bresse est arrivée, début de la drôle d’histoire…

Le Maire annonce sa démission pour raison de santé, le lendemain J. Mathieu, deuxième adjoint, fidèle à son habitude et ne laissant filer aucune occasion d’ajouter une responsabilité supplémentaire à celles qu’il cumule en grand nombre, déclare sa candidature comme tête de liste aux élections municipales de mars 2020 et laisse clairement entendre aux médias, qu’il briguera le poste de Maire au Conseil municipal en remplacement du Maire démissionnaire.

Imaginons le débat au sein de la majorité municipale entre un candidat minute, plus rapide que son ombre, déclaré au lendemain de la démission du Maire, et une première adjointe qui s’est dit à elle- même, qu’après tout, après avoir assuré l’intérim depuis quelques mois, « elle le valait bien ».

Le 25 novembre le conseil municipal est donc convoqué pour élire le Maire. S’ensuit l’élection de celui-ci, et sans surprise, deux mains se lèvent : Liliane Mengin pour la minorité municipale et le deuxième adjoint Jérôme Mathieu, mais, oh surprise, il ne lève pas la main pour se porter candidat mais pour proposer la candidature de la première adjointe Maryvonne Crouvezier ! Sans doute cette dernière, par timidité ou excès de modestie, n’était pas en mesure de le faire elle-même ! On le voit, à La Bresse comme ailleurs, les politiciens n’échappent pas au tragi-comique de leur rôle.

Après s’être précipité pour annoncer sa candidature, voilà donc Monsieur Mathieu qui se retire, nous jouant qui plus est la comédie de l’ami de toujours, plus désintéressé que moi tu meurs !!!

Ne tenterais-t-on pas de nous prendre pour des quiches ?

Décidément pour J. Mathieu il y a quelque chose qui coince quelque part ! Comment un homme porteur de si grandes ambitions pour lui même, et après s’être déclaré publiquement candidat, une première fois aux élections législatives, puis une seconde fois au poste de Maire de La Bresse décide tout seul ou à « l’insu de son plein gré » de se retirer avant l’élection.

– Aurait-il subi des pressions, et lesquelles ?
– Aurait-il succombé à l’amicale insistance de ses colistiers ?
– Aurait-il eu des doutes sur le résultat du vote secret des conseillers municipaux, dont certains avaient exprimé en privé leur opposition à sa candidature ?
– Quelqu’un lui aurait-il suggéré les dangers que présentait le caractère délibérément opportuniste de sa candidature actuelle, pour les municipales futures ?
– Aurait-il craint de perdre, face à la première adjointe si celle-ci maintenait sa candidature ?
– Un rapide regard en arrière sur le désastreux bilan de la Municipalité et sur le sien, non moins désastreux, l’aurait-il convaincu de rétropédaler au milieu du gué ?

Beaucoup de questions, à propos desquelles j’ai ma petite idée, mais je préfère vous laisser méditer sur la ou les bonnes réponses, car on peut cocher plusieurs cases.

l’Écho des Vosges 21/11/2019 (cliquez sur la photo pour agrandir)

Il est vrai aussi que J. Mathieu venait tout juste d’endosser une nouvelle responsabilité à la hauteur de ses ambitions, celle de grand Vizir du contrôle de la pose des panneaux de signalisation sur la route des crêtes ! (Voir article de l’écho des Vosges et photo ci-contre). Activité d’une très haute utilité sociale et qui n’en doutons pas réclame des compétences en communication, et particulièrement celle de savoir sourire en compagnie d’un panneau !

Le 01 décembre 2019
Dominique Humbert alias Gracchus

This entry was posted in Billet, La Bresse. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *