Non aux discriminations

Pour protester contre les contrôles au faciès et les excès de certains policiers.

Rassemblement le vendredi 30 juin à 18h devant le commissariat de police de Remiremont (en face de l’église abbatiale)

Voir le communiqué des organisations signataires

Ligue des droits de l’Homme Vosges

Vérité et justice Vosges

Comité anti raciste Gérardmer

This entry was posted in Brèves. Bookmark the permalink.

One Response to Non aux discriminations

  1. leyval says:

    Quelques réflexions à ce propos :

    – FAIRE LA LUMIERE : Visiblement il y a un malaise ressenti de la part de certains de nos concitoyens romarimontains plutôt paisibles vis à vis de certains contrôles policiers estimés, vécus et ressentis comme abusifs de la part de certains policiers trop zếlés qui auraient tendance à faire de la  » chasse au faciès  » ressentie comme discriminante … S’il y a des abus, il est légitimme de les dénoncer pour les faire cesser … Alors si ce rassemblement, auquel j’ai participé, a pu permettre de clarifier les choses pour apaiser les tensions et rétablir de bonnes relations entre notre Police et la population dans son ensemble, çe sera constructif pour le  » Bien-vivre ensemble  » dans notre belle ville de Remiremont, où on a la chance d’avoir encore un commissariat bien utile … Bref, ce rassemblement citoyen paisible n’avait en tout cas pas pour but de dénigrer à tord et à travers le travail (souvent difficile et courageux) de la Police … Je respecte trop la Police pour imaginer qu’elle puisse se laisser aller à harceler gratuitement ou pour le plaisir certains de nos concitoyens de couleur autre que blanche  » bien de chez nous « . Notre Police doit rester respectable selon les valeurs de notre République pour être en retour respectée, appréciée et considérée par tous. C’est mon point de vue et je le partage tranquillement et ouvertement, parce qu’on a la chance de vivre en démocratie

    – POUR UNE POLICE JUSTE ET RESPECTEE : Sans vouloir offenser quiconque, ni chercher à faire de procès d’intention, on peut se demander si certains abus répressifs policiers ne pourraient-t-ils pas aussi parfois permettre à certains fonctionnaires peu scrupuleux d’atteindre ainsi facilement, voir de gonfler artificiellement, les quotas d’objectifs qui leur sont imposés par le Ministère de l’Intérieur à des fins stastistiques politiciennes ? Ainsi tous les étages de la hiérarchie serait bienheureux de toucher les primes de fin d’année promises, avec à la clé le bénéfice d’une éventuelle promotion bien méritée … Ce ne sont là que des suppositions. On est en tout cas en droit de se poser la question. Dans ce cas de figure, on peut alors imaginer sans peine que certains fonctionnaires zêlés, pervers ou racistes ( il doit bien y en avoir quelques-uns comme partout) puissent avoir facilement toute latitude pour s’en donner à coeur joie en toute impunité .

    – LE HARCELEMENT est un fléau redoutable pour quiconque le subit, et peut avoir de graves conséquences pour l’équilibre mental … Il est hautement toxique et ne fait pas de bruit. Il nuit gravement à la paix sociale et à la santé. Il peut exister à tous les niveaux ; à l’école, dans la rue, dans le couple, dans les relations familiales, dans les relations professionnelles, bref, dans toutes les relations humaines … C’est un délit et il est punissable par la Loi.

    – GERER LE PERSONNEL : Le Ministère de l’Intérieur serait bien avisé, pour son bon fonctionnement, d’être un peu parfois plus regardant sur qui il recrute, comment il prend soin de former son personnel, et comment il sanctionne ( ou pas) les dérives, toujours possibles, de certains de ses agents. Sachant que nul n’est parfait mais que ce monde reste perfectible.