La Bresse, menace sur l’eau ou le retour des Pharisiens !

RivièreLa municipalité s’inquiète pour les touristes qui vont venir en février dans notre belle station. Y aura-t-il suffisamment d’eau au robinet ?

Par un communiqué publié le 18 janvier le Maire alerte la population sur le risque de pénurie d’eau. En effet, la situation est actuellement comparable, écrit-il, à celle de la canicule de l’été 2003.

Bigre, la situation est grave, et l’urgence impose des mesures radicales et immédiates afin de garantir un approvisionnement normal en eau potable des touristes qui vont bientôt piaffer en longues files au pied des remontées mécaniques. Imaginons, ne serait-ce qu’un instant les touristes privés d’eau, s’en retournant aussitôt et délaissant skis et raquettes, télésièges et locations sans eau.

Impensable! alors que fait notre bon maire pour anticiper la catastrophe à venir ? Anticiper est un bien grand mot, le communiqué du maire s’ouvre sur un aveu : « Notre commune connaît depuis plusieurs mois une sécheresse importante qui affecte les ressources en eau » et depuis plusieurs mois l’immobilité aura été la règle !! Donc aucune anticipation. Mais me diront les éternels optimistes, ne lui jetons pas la pierre, il n’est jamais trop tard pour bien faire, soit, acceptons la remarque, mais voyons ce qu’il fait. Il délivre le 18 janvier un communiqué de combat, dans lequel il demande aux Bressauds, « d’éviter de prendre des bains et de diminuer le temps passé sous la douche » et c’est à peu près tout. Ah ! j’allais oublier, il ajoute : « Les usages non prioritaires doivent être bannis » à quoi pense donc Monsieur le Maire ? L’arrosage des jardins ? En plein hiver c’est peu probable, le lavage des voitures ? par – 5° l’eau gèle dans le tuyau ! Ne parlons même pas du remplissage des piscines privées couvertes, les heureux propriétaires de ces équipements auront n’en doutons pas, adopté volontairement une posture citoyenne, et auront sacrifié ce plaisir à l’intérêt collectif. Nous osons croire qu’il en sera de même pour les piscines des hôtels et des locations haut de gamme, mais là c’est déjà moins flagrant ! Ah ! mais c’est bien sûr, comment n’y avais-je pas pensé plus tôt, une activité grosse consommatrice d’eau répond tout à fait à cette définition : la production de neige artificielle, c’est donc à cela que pensait Monsieur le Maire en parlant « d’usages non prioritaires » car, qui a-t-il de moins prioritaire que cela, ma foi pas grand-chose, à part peut-être l’arrosage des terrains de golf, La Bresse en accueille bien un sur son territoire, mais c’est un modèle réduit et il est sous la neige.

Et pourtant le 19 janvier, au lendemain de la publication du communiqué de combat du Maire de La Bresse, les canons à neige de Labellemontagne fonctionnaient à plein régime. Me serais-je trompé, aurais-je mal compris ? Sans doute, car à y regarder de plus près ces canons à neige grands consommateurs d’eau fonctionnent sans discontinuer depuis Noël sur tous les sites de la commune sur lesquels ils sont installés.

Alors pénurie d’eau ou abondance d’irresponsabilité ? La réponse ne fait guère de doute, et on pourra lui ajouter la soumission totale à la sacro-sainte loi du fric, quitte à priver d’eau toute une population, et accessoirement à se tirer une balle dans le pied, en faisant fuir les vénérés touristes qui désormais privés d’eau seront de surcroît privés de ski !

Mais notre excellente municipalité, menée par notre non moins excellent premier magistrat ne s’arrête pas en si bon chemin. Faisant preuve d’un pharisaïsme flamboyant, la voilà qui reconduit l’autorisation de stocker les voitures sur le parking du pont de Bramont qui, nous ne le rappellerons jamais assez est situé sur la zone de protection rapprochée de la source des Planches qui alimente en eau potable 70 % des foyers de la commune. Cette utilisation présente des risques de pollution jugés inacceptables, et ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’Agence Régionale de Santé et le Préfet qui l’écrivent !

Que faut-il en conclure, sinon qu’à La Bresse ce sont les intérêts de Labellemontagne qui dictent la politique municipale, que la sécurité de l’approvisionnement en eau de la commune est secondaire et doit s’effacer devant la vente de forfaits, que les loisirs de quelques uns priment sur la vie de tous les autres. Je connais à l’avance les réponses furieuses de certains, qui vont s’écrier « emploi, emploi », laissant penser qu’évoquer ces questions conduit immanquablement à supprimer des emplois, à ceux là je réponds, prenez garde, votre aveuglement vous mène à la catastrophe et lorsque celle-ci surviendra, peut-être plus vite que vous ne le pensez, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer, mais vos larmes ne suffiront pas pour alimenter les sources taries ou polluées.

Le 20 janvier 2017

Gracchus

This entry was posted in Environnement, La Bresse. Bookmark the permalink.

One Response to La Bresse, menace sur l’eau ou le retour des Pharisiens !

  1. DELAHAYE says:

    dur dur d’être militant réaliste pour une autre société dans l’intérêt général…La politique bourgeoise n’a pas changé…